ÉDITION SPÉCIALE

ESSAIS OLYMPIQUES, EDMONTON, 7-10 JUILLET 2016

 BULLETIN NO.2

 

 

EDMONTON... 
SUR LA ROUTE VERS RIO

 

 

Moins de 7 jours avant les championnats canadiens d'athlétisme, le rendez-vous le plus important de l'athlétisme canadien avant les Jeux olympiques de Rio.

Tous les quatre ans, les championnats canadiens d'athlétisme représentent l'étape finale du processus de sélection de l'équipe canadienne olympique. 2016 ne fait pas exception puisque les championnats nationaux d'Edmonton, du 7 au 10 juillet, serviront d'essais et de tremplin final les athlètes canadiens qui rêvent aux Jeux olympiques et paralympiques de Rio. Pour les athlètes de l'élite québécoise, les enjeux seront majeurs. Les athlètes ayant déjà atteint les standards olympiques devront terminer parmi les trois premiers pour confirmer leur sélection olympique.

Les championnats d'Edmonton serviront également d'étape finale pour la sélection d'athlètes québécois pour une tournée de compétitions européennes fin juillet.

Pour les athlètes en para-athlétisme, Edmonton est une étape obligatoire pour tous les athlètes recherchant une sélection pour les Jeux paralympiques en septembre.

La FQA sera présente durant tout le weekend des championnats pour vous offrir ce bulletin spécial en plus de publier des nouvelles sur nos pages Twitter (@Athl_FQA) et Facebook. Nous aurons également des entrevues d'athlètes sur notre chaîne Youtube.com/AthletismeQuebec.

N'hésitez pas à communiquer avec nous si vous désirez réaliser une entrevue ou obtenir des renseignements additionnels.

Laurent Godbout (514) 592-0772
lgodbout@athletisme.qc.ca

AUTRES RENSEIGNEMENTS ET HORAIRE DES CHAMPIONNATS

WEBDIFFUSION

KIMBERLY HYACINTHE SUR LA BONNE VOIE

La sprinteuse Kimberly Hyacinthe participait à plusieurs compétitions européennes Diamond League en juin, sans toutefois y améliorer son meilleur chrono (23.02) de début saison au 200 mètres. Victorieuse à Guelph le 25 juin, elle semble prête à remporter un 4e titre national consécutif, un exploit rare pour une athlète québécoise au niveau national.

Hyacinthe n'avait pu se qualifier pour les Jeux olympiques en 2012 et compte bien être à Rio et atteindre un objectif pour lequel elle a travaillé sans relâche depuis.

 

PATRICK HANNA, EN QUÊTE D'UN TITRE CANADIEN AU TRIPLE SAUT

Le montréalais Patrick Hanna domine présente le classement national du triple saut. Avec une meilleure performance de 15,61 mètres jusqu'à maintenant cette année, Hanna fait figure de favori pour remporter un deuxième titre national en trois ans. À sa première année chez les seniors, ses performances sont toutefois encore en deça des normes olympiques. Patrick peut voir les essais de 2016 comme un tremplin vers les Jeux olympiques de Tokyo en 2020.

UN TITRE NATIONAL À DÉFENDRE POUR GABRIEL SLYTHE-LÉVEILLÉ

Suprenant champion canadien en 2015, le spécialiste du 400 mètres haies Gabriel Slythe-Léveillé sera attendu de pied ferme à Edmonton. L'athlète de Blainville tentera de défendre le seul titre national masculin remporté par un athlète québécois. Toujours aux prises avec des petites blessures, Gabriel s'est graduellement approché de son meilleur chrono à vie avec une meilleure performance saisonnière de 52.46 sec, qui le classe présentement 6e au Canada. Slythe-Léveillé ne sera pas aux Jeux de Rio, mais il sera à surveiller pour un deuxième titre national à Edmonton. 

 

LE FIL DE PRESSE D'EDMONTON

Les athlètes québécois seront nombreux à Edmonton. Chez les juniors, le Québec aura 57 athlètes. En seniors, nous aurons 91 athlètes québécois, soit 9 de plus qu'en 2015, une augmentation de 11% par rapport à 2015. Au total, 148 athlètes du Québec participeront donc aux championnats nationaux juniors et seniors cette année comparativement à 138 en 2015.

***

Les blessures peuvent anéantir plusieurs années de préparation d'un athlète qui aspire à atteindre les Jeux olympiques. Trois athlètes québécois vivent présentement le cauchemar d'une blessure à un bien mauvais moment de leur carrière. La montréalaise Audrey Jean-Baptiste, qui avait atteint le standard olympique du 400 mètres en 2015, a subi une blessure au tendon d'achille en période hivernale. Aux dernières nouvelles, Audrey avait repris l'entraînement mais n'a participé à aucune compétition depuis le début de la saison en plein air. Inscrite à Edmonton, ses chances de réaliser le chrono recherché pour confirmer sa forme semblent minces.

*** 

La perchiste Mélanie Blouin a connu trois années d'enfer après sa première participation aux Jeux olympiques de Londres en 2012. Les blessures l'ont sérieusement handicapé jusqu'à ce qu'elle s'en sorte pour réaliser le standard olympique de 4,50 mètres au début de l'été 2015. En mai 2016, Blouin a de nouveau subi une blessure au pied lors d'un camp d'entraînement en Italie. Depuis le début de saison, elle n'a participé qu'à une seule compétition, avec un résultat bien en deça du minimum exigé pour démontrer sa forme. Mélanie se présentera à Edmonton avec une lourde commande à réaliser.

***

Toujours dans le registre des blessures inopportunes, celle avec laquelle Alex Genest doit présentement composer fait mal. Le coureur de steeple québécois, qui avait aussi réalisé le standard olympique en 2015, a commencé à ressentir une douleur au pied droit pendant son camp d'entraînement en altitude en mars. La douleur persista et Genest tenta tant bien que mal de réaliser la norme de confirmation de forme (8:30.00) avec un chrono de 8:30.25 le 1er mai à Stanford. Ces 26 centièmes font présentement toute la différence et forcent Genest à se présenter à Edmonton pour une course de la dernière chance. Dommage, car le Mauricien de Lac aux Sables rêvait de terminer une belle carrière avec une deuxième participation aux Jeux. On se croise les doigts en souhaitant le meilleur championnat canadien possible pour ces trois éclopés.

***

En 2015 et en 2016, 78 athlètes canadiens ont réalisé les standards olympiques. Il y aura toutefois beaucoup moins d'athlétes aux Jeux puisqu'on dénombre jusqu'à six athlètes dans certaines épreuves et que certains ont atteint les minimas dans plus d'une épreuve. Un maximum de trois par épreuve iront à Rio. C'est donc dire que dans certaines épreuves, la compétition d'Edmonton viendra trancher la question et sera déterminante dans la composition de l'équipe olympique.